construction écologique

Comment le secteur du BTP prépare-t-il sa transition énergétique ?

Avec l’application de la Loi de Transition Énergétique pour une Croissance Verte et la prochaine réglementation technique plus environnementale, prévue pour le premier semestre 2020 (RT2020), le secteur du BTP se prépare aux exigences d’une construction écologique ambitieuse. Pour accompagner ce changement, l’État et le Conseil supérieur pour la construction ont lancé l’expérimentation E+C- depuis 2016…

 

La loi de la transition énergétique et la RE 2020

Depuis l’accord de Kyoto signé en 1997, le monde du BTP voit fleurir un cadre réglementaire de plus en plus exigeant en matière d’énergies. L’objectif étant de tendre vers une construction écologique : loi Pope en 2005, le paquet Energie-Climat en 2008, les lois Grenelle en 2009 et 2010, le Plan de Rénovation Énergétique de l’Habitat (PREH) en 2013, le paquet Energie-Climat 2030 en 2014 et la Loi de Transition Énergétique pour une Croissance Verte (LTECV) en 2015.

Publiée au Journal Officiel du 18 août 2015 [1], la LTECV impose, à moyen et long terme :

  • Réduction d’émissions de gaz à effet de serre : -40 % en 2030 par rapport à 1990, et une division par 4 sur la période 1990-2050.
  • Baisse de la consommation énergétique finale : -20 % en 2030, puis -50 % en 2050.
  • Réduction de la consommation d’énergies fossiles : -30 % en 2030 par rapport à 2012.
  • Élévation de la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie brute : à 23 % en 2020, à 32 % en 2030.
  • Niveau de performance énergétique « bâtiment basse consommation » pour l’ensemble du parc de logements d’ici 2050.
  • Baisse de la part du nucléaire : à 50 % en 2025.

La publication de la nouvelle norme de réglementation thermique devrait intervenir dans les prochains mois. Pour le Conseil supérieur pour la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE), la RE 2020 va influencer « le choix des produits de construction (matériaux et équipements), leur provenance, leur recyclage, et le type d’énergie utilisée (gaz, électricité, énergies renouvelables…) » [2]. Par conséquent, il souhaite que le gouvernement en tienne compte et prévoit une entrée en vigueur progressive pour ne pas déstabiliser l’ensemble de la filière.

 

L’expérimentation E+C- pour une construction écologique

Selon les chiffres du gouvernement, « le secteur du bâtiment représente près de 45 % de la consommation d’énergie nationale et près de 25 % des émissions de gaz à effet de serre. » [3] Alors, pour tenter de répondre aux exigences de la loi et de la prochaine RE2020, l’État et le CSCEE ont lancé l’expérimentation nationale des bâtiments à énergie positive et réduction carbone (E+C-) dès 2016.

L’idée étant d’inscrire les acteurs du bâtiment dans une dynamique de montée progressive en compétences et en exigences pour aboutir à la construction écologique convoitée à l’horizon 2030 puis 2050. Le premier volet s’est articulé autour d’un observatoire, recensant les données techniques et économiques des bâtiments candidats volontaires à l’expérience. Un second volet a défini un référentiel énergétique très poussé. Le troisième volet l’élevait quant à lui en label, baptisé « Énergie + Carbone -». En janvier 2019, plus de 600 bâtiments participaient à cette opération et le 15 mars 2017, les premiers labels étaient délivrés…

[1] Source ecologie-solidaire.gouv.fr

[2] Citation Les Echos

[3] Citation cohesion-territoires.gouv.fr

04 93 94 06 05 Devis Gratuit
BACK