Crise des assureurs construction

Crise des assureurs construction : la position des assureurs historiques

Depuis de nombreux mois, une crise des assureurs construction est en cours. Cette dernière est liée aux défaillances de nombreux assureurs intervenant en Libre Prestation de Services (LPS). À qui la faute ?

Certaines entreprises, piégées par la crise des assureurs construction en LPS, estiment que les assureurs dits « historiques » sont en partie responsables. Ces derniers, trop chers et refusant une partie du risque, ont forcé les petites structures à se tourner vers d’autres assureurs (en LPS) jugés aujourd’hui comme étant « exotiques » et « low cost ».

Quelques témoignages d’assureurs « historiques »

À chaque crise, son responsable !
Pour de nombreux chefs d’entreprise de TPE-PME, les « gros assureurs » seraient en partie responsables de cette crise. Voici quelques témoignages des principaux acteurs concernés : le groupe SMA, Axa France et Allianz France.

Groupe SMA : la position de Grégory Kron, directeur général adjoint
Il indique que « tous les courtiers ne sont pas des spécialistes de l’assurance construction ». Il admet par ailleurs que la démarche de recherche d’assurance est parfois compliquée pour un créateur d’entreprise.

Axa France : Patrick Salomé, directeur construction
Patrick Salomé estime que « c’est le principe de la pyramide de Madoff dans le secteur de la construction ». Certains acteurs en LPS ont mis en avant des tarifs attractifs au cours d’une période économique tendue. Il indique que « des compagnies ont été relayées par des intermédiaires eux-mêmes non qualifiés, d’autres se présentant comme courtiers alors qu’ils étaient en fait mandataires, en plus sans avoir d’agrément pour l’être ».

Allianz France
Le BCT (Bureau Central de Tarification) permet de trouver une solution d’assurance obligatoire si aucun assureur n’accepte de remettre d’offre. Partant de ce constat, l’assureur indique que l’arrivée des assureurs en LPS a réduit de quelques centaines le nombre de dossiers instruits par le Bureau Central de Tarification. Ces chiffres restent néanmoins bien inférieurs aux 100 000 contrats réalisés par les assureurs LPS en France.

Le rôle du courtier dans la crise des assureurs construction

Dans une interview donnée à batiactu, l’avocate Nathalie Dupuy-Loup indique que « dans la mesure où l’assureur était agréé pour commercialiser des contrats d’assurance en France, le courtier d’assurance qui a placé le risque auprès de cet assureur ne devrait pas engager sa responsabilité du seul fait de ce placement ». En effet, l’entreprise d’assurance étant agréé, le courtier n’a aucune raison de douter de sa solvabilité.
Il convient par ailleurs de rappeler que toutes les entreprises d’assurance sont placées sous la surveillance de l’autorité de contrôle de leur Etat d’origine.

04 93 94 06 05 Devis Gratuit
BACK