secteur de la construction

Ralentissement de l’activité dans le secteur de la construction en 2019

Dans sa dernière étude, l’assureur Euler Hermes indique que le secteur de la construction a atteint le sommet de son cycle d’activité au cours de l’année 2018, et ce, à l’échelle mondiale. En effet, on attend une croissance de 3% en 2019 alors qu’elle était de 3,5% en 2018 et de 4% en 2017.

Les causes de cet affaiblissement

Au niveau mondial, il convient de noter que la plus grande partie de la croissance du BTP au cours des 10 dernières années est issue des marchés émergents. En parallèle, les pays développés ne sont pas parvenus à revenir à leurs volumes de production d’avant crise (2008). Concernant le ralentissement attendu pour 2019, il serait dû (selon l’étude mené par Euler Hermes) à la décélération de la croissance économique mondiale ainsi qu’à une contraction des conditions financières et monétaires.

Et côté France ?

Le secteur de la construction fait face à une forte augmentation des coûts et à des difficultés de recrutement qui affectent sa rentabilité. Ces deux problématiques fragilisent les entreprises du bâtiment. Malgré trois dernières années de croissance, la situation financière des entreprises peine à se redresser véritablement.
En effet, après une croissance de 2,5% en 2017 et 1,6% en 2018, le secteur de la construction devrait croître de 1,5% en 2019. Le nombre cumulé de permis de construire sur un an a reculé de près de 8% en août 2018 et les mises en chantier de plus de 10% sur cette même période.

Le délai moyen de paiement représentent également un réel problème pour les entreprises du bâtiment puisqu’il a augmenté de 7 jours entre 2016 et 2017, pour atteindre 75 jours. Le BTP fait partie des 3 secteurs les moins performants dans ce domaine.

La baisse de la demande

Les ventes de logements neufs sont en chute depuis plus d’un an et cela se reflète dans l’activité des chantiers. La construction résidentielle est très dynamique. Néanmoins, elle ne suffit pas à reconstituer la marge bénéficiaire et la trésorerie des entreprises du secteur de la construction. La diminution des aides publiques (aide au logement dans le locatif, suppression des aides pour l’accession à la propriété, réduction du crédit d’impôts et mise en place de l’impôt sur la fortune immobilière) contraint également les particuliers à revoir leurs prétentions.

Hausse des salaires, augmentation des coûts du matériel, diminution des aides publiques et de la demande de logement neuf… Toutes ces évolutions pourraient avoir pour conséquence une hausse du nombre de dépôts de bilan de PME du bâtiment d’ici à 2020. Cette chute du secteur de la construction pourrait également causer un affaiblissement de la création d’emploi. En 2018, 30 000 postes ont été créés. Pour 2019, on prévoit une création de seulement 5 000 postes…

Voici un rapport très intéressant réalisé par la FFB (Fédération Française du Bâtiment), que nous vous invitons à lire : 

Vers une crise majeure de l’assurance construction ? Les propositions de la FFB pour l’éviter.

04 93 94 06 05 Devis Gratuit
BACK